FAQ

Mauritanie et Covid-19

Oui, mais il faut se renseigner au préalable pour savoir si un voyage depuis le Sénégal et le Maroc est possible par voie terrestre. En ce qui concerne les vols, l'entrée et le séjour restent possibles.

Oui, il existe en Mauritanie des possibilités de tests gratuits dans les grandes villes, qu'il convient d'utiliser suffisamment tôt pour pouvoir quitter le pays.

La pandémie de la maladie de Corona a atteint son point culminant provisoire dans le pays en août 2021. Entre-temps, le nombre de cas et la moyenne sont restés à un niveau très bas. La Mauritanie a l'avantage d'avoir une faible densité de population. Toutefois, les tests ne sont pas effectués sur l'ensemble du territoire. A aucun moment, la vie ne s'est vraiment arrêtée dans le pays. Les règles d'espacement et les concepts d'hygiène ne sont pas respectés par la plupart des gens. La couverture vaccinale n'a guère progressé, avec 0,5 % de personnes entièrement vaccinées (octobre 2021). Les tests Covid, les masques et les désinfectants peuvent être achetés dans toutes les pharmacies et dans de nombreux supermarchés.

Mauritanie et sécurité

Un coup d'œil sur la carte le montre : La Mauritanie est entourée d'États dont certains sont souvent associés à des conflits. L'Algérie, le Mali, le Sénégal, le Sahara occidental et, de facto, le Maroc. Parmi eux, le Sénégal est l'État le plus à l'abri des conflits et donc le plus sûr. Au Mali, un conflit entre les islamistes, les Touaregs et le gouvernement fait rage depuis 2012, dans le sud de l'Algérie, les terroristes d'Al-Qaïda au Maghreb sont très irrégulièrement actifs depuis des décennies, et dans des régions au nord de la Mauritanie, la lutte gelée depuis des décennies entre le Maroc et le Polisario (Sahara occidental) reprend depuis 2020, mais se limite actuellement à des tirs d'artillerie occasionnels du Polisario dans le désert. Al-Qaida au Maghreb a également laissé des traces en Mauritanie, avec un cas retentissant - et jusqu'à présent le dernier - d'attaque terroriste contre des touristes près d'Aleg en 2007. La dernière attaque contre les forces de sécurité remonte également à dix ans (2011). La police et l'armée luttent jusqu'à présent avec succès contre le terrorisme et d'autres dangers - avec des méthodes parfois plutôt sympathiques (https://www.youtube.com/watch?v=hzVo2OD3XTA&ab_channel=ARTEde). Ces dernières années, les attentats terroristes en Europe ont en tout cas été bien plus fréquents qu'en Mauritanie.

Le conflit le plus important est certainement celui qui se déroule dans le pays voisin, le Mali. Mais dans quelle mesure la Mauritanie est-elle concernée ? Il y a certes des réfugiés maliens en Mauritanie, mais les problèmes du Failed State Mali ne se sont pas propagés en Mauritanie.

Il convient d'être particulièrement prudent lors de voyages dans la région frontalière entre l'Algérie et le Mali. Toutefois, il n'est pas nécessaire de se rendre à la frontière algérienne, il n'y a tout simplement rien à voir. La très intéressante ville de Oualata est certes proche de la frontière avec le Mali, mais aucun incident de nature sécuritaire n'a été signalé ces dernières années.

En raison de la délimitation pratiquement arbitraire des frontières lors de la création de l'Etat et, par conséquent, de la multitude d'ethnies différentes en Mauritanie, qui - dans le cas des Toucouleurs et des Soninkés par exemple - vivent également au-delà des frontières, les conflits d'autres causes peuvent également se transformer en conflits ethniques. C'est ce qui s'est passé récemment lors de la guerre frontalière entre la Mauritanie et le Sénégal (1989-1992), qui a touché en premier lieu certaines régions du centre-sud de la Mauritanie. Ce conflit remonte toutefois à plusieurs décennies et, malgré les différences sociales parfois marquées entre les différentes ethnies, il y a des raisons de penser que la paix restera de mise à l'avenir. Qu'est-ce qui nous rend si sûrs ? Tout d'abord, aucune partie de la Mauritanie n'a de velléités séparatistes. De plus, l'islam est un élément unificateur et pacificateur de la société. Il semble presque que les conflits majeurs entre Soudans et Bidhanis appartiennent au passé.

Les voisins de la Mauritanie sont le Sénégal, le Sahara occidental, le Maroc, l'Algérie et le Mali. Depuis l'abandon du Maroc espagnol à la fin de la dictature franquiste, l'ancienne colonie a été divisée entre le Maroc et la Mauritanie. Le Polisario, en tant que représentant politique des Sahraouis qui y vivent, a opposé une résistance militaire avec le soutien de l'Algérie et a même bombardé Nouakchott à plusieurs reprises, si bien que la Mauritanie a abandonné ses revendications dans les années qui ont suivi. Aujourd'hui, la Mauritanie n'a plus de revendications dans le territoire et entretient des relations amicales avec le Maroc, souverain de facto, et en tout cas pas hostiles avec le Sahara occidental. Le Maroc investit beaucoup en Mauritanie. Les relations entre la Mauritanie et l'Algérie se sont considérablement améliorées depuis la guerre, ce qui a entre-temps éveillé la méfiance du rival marocain. L'Algérie a intérêt à avoir un accès à l'Atlantique et finance donc l'élargissement de la route de Tindouf à Zouérat (N1), qui traverse la Mauritanie. Un adversaire commun de l'Algérie et de la Mauritanie est l'organisation terroriste Al-Qaïda au Maghreb, qui opère depuis des décennies de manière latente dans la zone frontalière. Ces dernières années, il n'y a toutefois plus eu d'incidents des deux côtés de la frontière.

Les relations avec le Mali sont en principe bonnes, mais le voisin oriental de la Mauritanie n'est plus un voisin stable depuis 2012 et la sécurisation de la frontière longue de plus de 2000 km est une tâche herculéenne pour les forces de sécurité mauritaniennes. Les relations avec le Sénégal s'avèrent les plus intéressantes, car la Mauritanie abrite une minorité soudans. Celle-ci partage non seulement des points communs ethniques, linguistiques, culturels et historiques avec les habitants du sud du fleuve Sénégal, mais elle est également protégée par l'Etat sénégalais. De 1989 à 1991, un conflit frontalier a opposé les deux États, au cours duquel des centaines de soldats ont perdu la vie. Le conflit a été accompagné d'affrontements ethniques dans les deux États et de centaines de milliers de personnes déplacées. Malgré la fin de la guerre frontalière et le rapatriement d'une grande partie des personnes déplacées, l'hétérogénéité ethnique de la Mauritanie reste une source potentielle de conflits à l'avenir, même si, et cela mérite également d'être mentionné, des améliorations ont été apportées dans ce domaine au cours des dernières années.

Recommandations aux touristes

Tout d'abord, nous vous recommandons de lire le site du ministère des Affaires étrangères (https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/mauritanie/) afin d'avoir une vue d'ensemble générale et de pouvoir suivre tous les développements actuels en cas de voyage planifié. En principe, la Mauritanie est un pays qui ne connaît pas de manifestations. On cherche en vain des défilés de milliers de participants comme dans de nombreux pays du monde arabe. Il y a toutefois des exceptions : Lors d'élections importantes, en particulier les élections présidentielles qui ont lieu tous les cinq ans (la prochaine fois en 2024), des manifestations peuvent avoir lieu. En 2019, l'ensemble de l'internet du pays a été coupé pendant deux semaines en réaction à cette situation. Dans ce cas, les visiteurs devraient prendre leurs précautions et planifier soigneusement leur voyage - nous les aiderons volontiers.

En dehors des développements politiques, il y a des districts, en particulier à Nouakchott et Nouadhibou, que les touristes devraient éviter la nuit et surtout sans accompagnement mauritanien. Il s'agit notamment de Dar Naim et Arafat à Nouakchott. La criminalité est favorisée par la pauvreté, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Mauritanie. Il n'y a cependant aucune raison d'éviter les rues des villes pendant la journée. Bien sûr, il ne faut jamais être naïf. Mais là encore, les Mauritaniens sont ouverts et ne sont pas hostiles aux étrangers. L'hospitalité est un bien très apprécié en Mauritanie. Il n'est pas nécessaire d'expliquer davantage que des problèmes peuvent résulter d'un comportement imprudent (p. ex. photographier des installations militaires ou le personnel).

Le ministère des Affaires étrangères écrit qu'il existe des risques importants d'attentats et d'enlèvements dans certaines parties de la Mauritanie. Une brève recherche sur Google le montre : Les derniers enlèvements dont les médias ont parlé remontent déjà à plusieurs années. La situation sécuritaire s'est aussi massivement améliorée sur ce point. Mais il faut toujours en être conscient : Le Mali, pays voisin, est un failed state avec de nombreux groupes criminels et terroristes. Certaines parties du sud de l'Algérie ne sont pas non plus sûres. Il convient donc de faire preuve d'une prudence particulière lors de voyages dans les régions rurales, mais surtout dans les régions proches de la frontière, comme Oualata.

En principe, il n'y a pas de problèmes. Le traitement des touristes, par exemple lors des contrôles de véhicules en dehors de Nouakchott, va de la réserve et de l'objectivité à l'amabilité. Ces contrôles ont lieu en dehors de la capitale, à chaque carrefour important du pays et à proximité des sites touristiques. Dans ce cas, une préparation particulière de documents en copies suffisantes est indispensable si l'on veut gagner du temps. Lors des trajets en transports en commun, il est courant que les touristes soient placés à l'arrière par les organisateurs de voyages afin d'éviter les contrôles. Il va de soi que les photos de militaires et de policiers sont à proscrire. Il est également déconseillé de faire voler des drones à proximité, sous peine de se voir confisquer l'appareil. Comme nous souhaitons maintenir le site à jour, nous vivons aussi de vos expériences. Si vous avez eu un mauvais contact avec un membre des forces de sécurité mauritaniennes - par exemple lors d'un contrôle de passeport - n'hésitez pas à nous le faire savoir.

Il n'y a pas d'interdiction de principe concernant l'utilisation de drones en Mauritanie. Toutefois, des problèmes peuvent survenir lors de l'importation à l'aéroport et, dans le pire des cas, le drone peut être confisqué pour la durée de votre voyage. Les drones ne devraient pas être utilisés à proximité de zones sensibles en termes de sécurité, à Nouakchott nous recommandons en fait des vols potentiels uniquement au Port de pêche. Il est recommandé de discuter au préalable avec les responsables locaux si l'on souhaite filmer certains endroits comme la vieille ville de Ouadane.

La Mauritanie est un pays islamique et conservateur. Même si le nombre de touristes augmente, il reste très faible par rapport à d'autres pays d'Afrique du Nord (Maroc, Tunisie, Egypte). Comme nous proposons également des circuits qui mènent dans les profondeurs du pays, vous rencontrerez toujours des personnes qui ne sont pas habituées à côtoyer des touristes. De l'expérience parfois déficiente avec les visiteurs étrangers naissent parfois de beaux fruits : pas de harcèlement sur les marchés hebdomadaires, pas de prix exorbitants dans les auberges, les restaurants et les trajets en taxi. Les exceptions confirment certainement la règle, en particulier dans les endroits habitués au tourisme.

Cependant, ce que la population ne connaît pas crée également des normes pour les visiteurs du pays. Dans une société conservatrice, il convient de respecter les normes vestimentaires et d'éviter une trop grande liberté de mouvement. Il est donc interdit aux hommes et aux femmes de montrer trop de peau. Les pantalons plus courts que la longueur du genou ne sont pas non plus appréciés par les hommes. Les femmes doivent absolument éviter de montrer des décolletés. Il n'est pas obligatoire pour les femmes de se couvrir les cheveux, il est rare de voir des Mauritaniennes sans hijab. Toutefois, une telle concession culturelle ne fait pas de mal, un foulard lâche serait ici amplement suffisant. Il y a en effet parmi les Soudans quelques femmes qui portent des vêtements moulants et décolletés, et on ne les voit allaiter en public qu'à de très rares moments. La société mauritanienne est ici plus diversifiée qu'il n'y paraît à première vue.
Cependant, en évitant ce genre de vêtements, on ne risque pas de laisser une impression négative auprès de n'importe quel groupe de population. Il est possible de se baigner à Terjit ou à Mhaireth. En principe, les gens sont à l'aise avec les touristes et les plaisirs de l'eau ne devraient pas poser de problème aux deux sexes. Nous vous aiderons volontiers à trouver une tenue de bain appropriée. Mais ne vous inquiétez pas : ici, personne n'est obligé de porter un burkini. Autre sujet : les visiteurs de la Mauritanie devraient avoir du mal à acheter de l'alcool dans le pays. Si vous en avez la possibilité, nous vous déconseillons vivement de consommer de l'alcool. Il en va de même pour toutes les drogues illégales. Fumer ne pose pas de problème, mais pendant le mois de jeûne du Ramadan, on s'abstient de manger et de boire en plus du lever et du coucher du soleil. Il est donc recommandé d'éviter de fumer, de boire et de manger en public pendant cette période exigeante sur le plan physique et mental.

De nombreux visiteurs du pays trouvent la gentillesse des Mauritaniens agréablement surprenante. Pour une course en taxi à Nouadhibou ou Nouakchott, vous ne paierez pas plus cher qu'un habitant du pays. Et où que vous alliez, des invitations spontanées à prendre le thé peuvent vous attendre. Les gens ont un réel intérêt - et vous vendent généralement aussi sur le marché à des prix corrects. Le harcèlement des touristes n'est pas un problème en Mauritanie, tout au plus des enfants vous demanderont-ils un cadeau dans des endroits très fréquentés par les touristes comme Choum ou Terjit. Dans ce cas, il est recommandé de ne rien donner directement aux enfants, mais de faire passer des friandises à une personne de confiance qui les distribuera ensuite. Il peut arriver que les voyagistes montrent un intérêt commercial, par exemple à Atar. Dans ce cas, il convient de communiquer clairement ses intentions, de négocier et de ne pas être naïf. En voyageant avec ChingiTours, vous n'aurez pas à vous soucier de ce genre de discussions.

Il est possible de retirer de l'argent directement en ougiyah (MRU) dans certaines banques à Nouakchott, Nouadhibou et parfois Atar, moyennant une petite commission. Il est également possible de changer de l'argent aux postes frontières ou chez les commerçants sur les grandes places de marché. Il s'agit toutefois d'endroits où la prudence est de mise en ce qui concerne le taux de change, surtout en tant que touriste. Outre un retrait direct à la banque, nous vous recommandons de changer votre argent chez nous au tarif en vigueur. Nous nous chargeons volontiers de ce service pour nos clients. Avant un voyage à l'intérieur du pays, nous recommandons vivement de retirer de l'argent liquide pour toute la durée du voyage. On ne sait jamais quand on aura l'occasion de le faire la prochaine fois.

Info importante : en 2018, il y a eu une réforme monétaire. Le MRO est devenu le MRU. La valeur de la nouvelle monnaie est dix fois supérieure à celle de l'ancienne. Il est important de noter que dans la mémoire collective, l'usage de la langue ne se transforme que peu à peu. Un chauffeur de taxi à Nouakchott peut par exemple dire qu'il demande 200 oughiyas (environ 5 euros) pour la course, mais ne veut dire que 20 dans la nouvelle monnaie. Il faut y faire attention. De même, certaines pompes à essence affichent encore les anciens prix.

Oui, il existe une communauté de couchsurfing. Elle est plutôt petite par rapport à de nombreux autres pays, mais elle existe. Il est tout à fait possible de considérer les hôtes de couchsurfing, par exemple à Nouakchott, comme un premier point de contact pour la suite du séjour dans le pays. Il est bien sûr important que l'hôte soit digne de confiance et fiable. Il convient de se préparer en conséquence. En cas de doute, nous sommes là pour vous aider.

Nous recommandons dans tous les cas de souscrire une assurance maladie à l'étranger avant la visite. Il y a des hôpitaux, des médecins et des pharmacies en Mauritanie. Il faut d'abord payer ces derniers pour les médicaments ou les traitements, puis on peut récupérer l'argent une fois rentré au pays. Il est indispensable de faire établir un reçu pour les frais occasionnés.

Il est recommandé d'avoir toujours suffisamment d'argent liquide sur soi. Le paiement par carte n'est pas possible, sauf dans certains hôtels et établissements internationaux. Vous pouvez retirer la monnaie locale, l'ougiyah (MRU), dans certaines banques de Nouakchott et Nouadhibou.

Non. En tant qu'ancienne langue coloniale, le français revêt certes une grande importance et sert de lingua franca à la population soudans, qui est elle-même multilingue, mais la langue est plutôt rarement parlée par les Ḥarāṭīn et les bidhani. Dans les régions touristiques d'Adrar, on peut cependant partir du principe que l'on peut se faire comprendre en français en raison des touristes francophones présents depuis des décennies. Il en va de même dans le sud, où vivent principalement des Soudans francophones. Les membres de l'administration, y compris la police et l'armée, maîtrisent généralement le français.

A l'exception de quelques guides touristiques, du personnel des hôtels, auberges et restaurants internationaux, du personnel des aéroports et de quelques membres des forces de sécurité, cela est peu probable. Une grande partie de la population jeune des grandes villes est consciente de l'importance de l'anglais et est donc ouverte à la conversation, bien que le niveau de langue varie considérablement. Dans tous les cas, nous sommes à vos côtés en tant que conseillers et traducteurs.

Il est recommandé de ne boire de l'eau du robinet nulle part dans le pays, mais d'acheter de l'eau en bouteille ou en gros bidon sur les marchés ou dans les magasins. Le prix est tout à fait acceptable. Pour un voyage plus important, il est préférable de prendre des précautions et d'acheter de l'eau en quantité suffisante, mais il est possible de se rattraper dans chaque ville, grande ou petite. Dans les oasis et les villages situés à proximité de sources, par exemple Terjit, l'eau est potable.

La cuisine mauritanienne se compose principalement de plats de viande et de poisson accompagnés de légumes. En principe, plus la ville est grande et moderne, plus il y a de chances d'avoir une cuisine végétarienne ou même végétalienne. Dans l'intérieur du pays, cela demande plus de préparation et de planification, mais là aussi, nous faisons tout notre possible pour répondre au mieux à vos souhaits.

Des liaisons en bus existent plusieurs fois par jour entre les grandes villes et les villes touristiques comme Nouakchott, Nouadhibou et Atar. Elles sont gérées à partir de places centrales et il est possible de s'inscrire par téléphone ou sur place. Il faut toutefois s'attendre à ce que les minibus ne partent que lorsque la dernière place est occupée. Il faut donc s'attendre à des retards pouvant aller jusqu'à deux heures. Les trajets plus longs sont en outre assez inconfortables. Outre les bus, il est possible de louer un pick-up avec chauffeur dans les grandes villes. C'est plus confortable et permet une plus grande flexibilité, ce qui se reflète bien sûr dans le prix. Nous nous ferons un plaisir de vous mettre en contact avec des personnes compétentes à des conditions raisonnables.

La période idéale pour visiter la Mauritanie se situe entre novembre et mars. En dehors de ces mois, le tourisme est moins important. Entre juillet et août, c'est la saison des pluies dans le sud ; à Nouakchott, elle commence généralement un peu plus tard et est moins intense. Il peut arriver qu'il ne pleuve pas toute l'année dans les régions désertiques. En principe, nous proposons des tours toute l'année. Vous pouvez également visiter la Mauritanie pendant le Ramadan, mais la vie sociale s'arrête alors en partie pendant la journée.

La vie sociale s'arrête souvent et ne reprend que le soir. Les commerçants peuvent souvent être vus en train de dormir dans leurs boutiques pendant le Ramadan. Il est recommandé d'éviter de boire, de manger et de fumer en public pendant le jeûne.

Pour l'Internet et la téléphonie locale (par exemple avec ChingiTours), l'achat d'une carte SIM est effectivement une bonne solution. Une telle carte peut être achetée à bas prix dans les grandes villes pour environ 50 Ougiyah (MRU), du crédit est également disponible sous forme de bande dans tous les kiosques de chaque ville. Il existe trois opérateurs (Mauritel, Mattel, Chinguitel), dont Mauritel est le plus grand et qui, selon les rumeurs, a la meilleure réception, même à l'intérieur du pays.

Oui, il y a à la fois des campings (par exemple à Atar, Nouadhibou, Kiffa, Tidjikja, Nouakchott) et suffisamment de possibilités de dormir dans la nature et de profiter de la solitude du désert.

En tant que touriste, on voit souvent plus de misère dans des pays comme la Mauritanie que ce à quoi on est habitué. Il arrive souvent qu'on nous demande de l'argent, par exemple à des enfants ou à des personnes handicapées. A l'intérieur du pays, les enfants demandent en outre un "cadeau", qui n'est pas forcément de l'argent. En fin de compte, c'est à vous qu'il revient de décider comment réagir dans ces situations. Mais à notre avis, c'est une erreur de donner directement des cadeaux ou de l'argent aux gens, car les enfants en particulier le demanderont plus souvent à l'avenir et seront éventuellement envoyés par leurs proches à la mendicité au lieu d'aller à l'école, qui est comparativement - à court terme - moins lucrative. Pour soutenir les gens malgré tout, il existe généralement des possibilités. Ainsi, à la campagne, vous pouvez parler aux personnes responsables du village et leur offrir des cadeaux ou verser de l'argent à des fondations et des ONG qui s'engagent dans des projets ciblés, par exemple pour les enfants des rues. À Nouakchott, les plus pauvres vendent de la menthe, des mouchoirs ou du miswak (brindilles de dentifrice).

Prendre des photos de monuments ou de lieux publics ne pose aucun problème. Toutefois, si vous prenez une personne en photo (par exemple un marchand spécifique ou un nomade dans le désert), vous devez demander la permission au préalable. Il est préférable de donner quelque chose en échange - dans le cas d'un commerçant, par exemple, l'achat de sa marchandise. Donner directement de l'argent pourrait être perçu comme impoli. En cas de doute, nos guides se feront un plaisir de vous aider.

Il est définitivement déconseillé de photographier des bâtiments militaires et policiers ou des fonctionnaires. Les installations économiques importantes - reconnaissables à la présence de la police - ne devraient pas non plus être photographiées afin d'éviter des problèmes inutiles.

Si vous décidez de partir dans le désert de manière autonome, vous devez être bien préparé. Tout d'abord, il vous faut absolument un véhicule à quatre roues motrices. Veillez à rouler à la bonne heure ; les trajets tôt le matin sont les plus appropriés en raison de la meilleure structure du sable. La pression des pneus est une question cruciale. Elle dépend de votre véhicule et du sol. La pression des pneus peut être considérée comme une directive générale : Asphalte 100 %, sol pierreux 85 %, piste de sable 75 %, dunes de sable mou 50 %. Dans le sable mou, la troisième vitesse est souvent le bon choix. Il est également essentiel de disposer de suffisamment d'essence, d'eau et de nourriture. Emportez toujours plus que ce dont vous avez besoin. Assurez-vous d'avoir des possibilités de rechargement et du crédit pour différents téléphones, notamment un téléphone satellite. Fixez à l'avance des rendez-vous avec vos connaissances pour les contacter et informez-les également de votre itinéraire prévu. Ne vous privez pas des bons outils d'orientation (voir ci-dessous).

Si vous souhaitez vous déplacer par vos propres moyens, il convient de bien vous préparer. Un appareil GPS semble indispensable pour la navigation. La fourchette de prix varie de moins de cent euros à plusieurs milliers d'euros. QuoVadis est un programme de navigation pour ordinateur portable et smartphone. Vous trouverez également des aides à la navigation sur https://de.wikiloc.com/routen/outdoor/mauretanien/ et profiterez des connaissances de ceux qui y sont déjà allés. Vous trouverez également des cartes routières gratuites OpenStreetMap sur garmin.openstreetmap.nl. Nous vous recommandons également Maps.Me et MapOut (iOs). Malgré tout l'amour que vous portez à la technologie, ne renoncez jamais aux cartes analogiques et à la boussole.

Nature et climat

Comme dans le reste du Sahara, deux espèces de vipères venimeuses vivent dans le désert mauritanien : la vipère à cornes et la vipère d'Avicenne. A l'œil nu, il est difficile de les distinguer par leur forme et leur couleur (jaune sable), mais leur taille est différente. Alors que la vipère d'Avignon peut atteindre une longueur de 30 cm, la vipère à cornes peut doubler sa taille. Les serpents vivent de préférence à proximité des plantes, mais aussi dans les trous de souris. Parfaitement camouflés dans le sable du désert ou sous les fissures des rochers, les serpents sont pratiquement indétectables. De novembre à mars, les vipères se retirent et hibernent en quelque sorte. Comme la chaleur peut aussi être mortelle pour les serpents, on ne les voit pratiquement jamais en plein été.

Tout d'abord, les blessures par morsure de serpent sont très rares en Mauritanie. Pour éviter toute morsure, nous conseillons tout d'abord de ne pas se déplacer frénétiquement à proximité des serpents et de garder ses distances. Des pantalons longs, des chaussures solides ou des bottes de randonnée, des gants en cas de contact avec des rochers ou des buissons - par exemple lors de la recherche de bois de chauffage - en cas d'incertitude, tapoter le sol avec un bâton ou une baguette, utiliser une lampe de poche dans l'obscurité - il existe de nombreuses possibilités pour se simplifier les choses. Les serpents n'ont aucun intérêt à blesser les humains. Les accidents surviennent souvent lorsqu'ils ne sont pas vus et qu'ils se sentent menacés.

En cas de morsure de serpent, la douleur est généralement immédiate et intense. Il y a parfois un danger de mort, il faut donc consulter immédiatement un médecin. Dans les grandes villes, il existe un stock d'antidotes et de médicaments. Les symptômes devraient apparaître au bout de six heures au maximum. En attendant, tous les membres doivent être immobilisés. Contrairement à la croyance populaire, la plaie ne doit pas être aspirée, coupée ou attachée. De toute façon, le poison ne pénètre dans la plaie que dans la moitié des cas environ. D'ailleurs, la panique n'est pas toujours de mise avec les serpents. La couleuvre vipérine ressemble à s'y méprendre aux deux vipères, mais elle n'est pas venimeuse.

En Mauritanie, on trouve des scorpions du genre Buthus (famille des Buthidae), dont il existe de nombreuses sous-espèces, principalement en Afrique et en Asie, mais aussi en partie dans le sud de l'Europe. En Afrique de l'Ouest, il s'agit de la sous-espèce de scorpion des champs (Buthus occitanus), de couleur sable. Comme tous les scorpions, il possède un aiguillon venimeux, mais son venin est comparativement moins toxique. Les réactions à une piqûre sont extrêmement variables. Certains ne décrivent que des douleurs comparables à celles d'une piqûre d'abeille, tandis que les personnes allergiques ont parfois des réactions mortelles. Dans tous les cas, il convient de contacter immédiatement un médecin.

Le désert est certainement la région la plus chaude de Mauritanie. Entre juillet et août, les températures peuvent atteindre 50° C. Entre novembre et février, il fait environ 30 à 35° C à la mi-journée. Étonnamment, les nuits sont froides, environ 15 à 20° C entre novembre et février. Vous devez en tenir compte lors de la préparation de vos vêtements et de vos bagages.

Oui, le vent du nord-est, l'harmattan, balaye également la Mauritanie chaque année à partir de février. Entre mars et avril surtout, les tempêtes de sable sont plus fréquentes et réduisent la visibilité. Il n'y a cependant pas de moment où un voyage devrait être reporté à l'avance en raison de tempêtes de sable potentielles.

Mauritanie et entrée

Des vols vers Nouakchott sont proposés dans de nombreux aéroports européens et extra-européens. Pour les Européens, le vol au départ de Paris est toutefois souvent nettement plus avantageux. Comme la plupart des vols passent de toute façon par Marrakech ou Dakar (Sénégal), on peut aussi essayer d'organiser un vol de correspondance par ses propres moyens afin de réduire les coûts. Les principales compagnies aériennes sont Air Sénégal et Royal Air Maroc. Nouakchott-Oumtounsy est le plus grand, le plus important et le seul aéroport desservi quotidiennement. L'aéroport de Nouadhibou, également très utilisé, est généralement desservi avec une escale à Gran Canaria. Pendant la saison touristique (novembre à avril), des vols hebdomadaires sont également proposés directement de Paris à Atar, capitale de la région de l'Adrar, qui vaut le détour. Celui-ci a été suspendu ces derniers mois en raison de la Corona, mais cela vaut la peine d'y jeter un coup d'œil.

Tout d'abord, la situation politique : jusqu'en 2020, une étroite bande frontalière au sud de Guerguerat entre le territoire du Sahara occidental annexé par le Maroc et la Mauritanie a été prise par les troupes marocaines. Il n'y a donc plus de no man's land contrôlé par le Polisario. Cela peut certes changer à tout moment, mais cela n'a aucune influence sur le processus de base pour entrer en Mauritanie depuis le Maroc de facto. Depuis 1999, il est possible de se rendre en Mauritanie à partir de ce pays et depuis 2002, cela ne pose aucun problème. Les relations mauritano-marocaines sont bonnes et ne devraient pas changer dans un avenir prévisible. Le voyage par voie terrestre vaut la peine. De nombreux voyageurs combinent leur voyage dans le Bilad Shinqit avec un tour du Maroc et du Sénégal.

La dernière ville sous contrôle marocain au Sahara occidental est ad-Dakhla, d'où il reste encore un peu plus de 350 km jusqu'au poste frontière de Guerguerat. C'est là que les papiers devraient être contrôlés en dernier. L'attente de bribe (bakshish en arabe) n'est pas rare à ce poste frontière. Du côté mauritanien, on se retrouve sur la N2, qui se divise en deux à quelques kilomètres au sud de la frontière. Soit on se dirige vers l'est, en direction de Bou Lanuar, pour atteindre l'intérieur du pays et Nouakchott, soit on opte pour la route ouest, qui mène exclusivement à Nouadhibou. Cette deuxième ville de Mauritanie est cependant à ne pas manquer, ne serait-ce que pour des raisons touristiques.

De nombreux voyageurs combinent un tour en Mauritanie avec une excursion au Sénégal et au Maroc. De ce point de vue, il semble compréhensible d'atterrir à Dakar, qui se trouve à seulement 400 km de Nouakchott. Le principal poste-frontière sénégalo-mauritanien va de Rosso à Rosso. Sans blague, la ville porte le même nom des deux côtés de la frontière. Le contexte sérieux est l'histoire précoloniale, lorsque le fleuve Sénégal ne marquait pas encore de frontière entre deux États. Pour les distinguer, on parle donc officiellement de Rosso (Mauritanie) et de Rosso (Sénégal). Le bac sur le fleuve Sénégal, qui relie les deux Rosso, circule tous les jours de 8h à 12h et de 15h à 18h (au 31.05.2021). En raison de sa situation frontalière, Rosso est l'un des principaux centres économiques du sud de la Mauritanie. Il est également possible de passer par le barrage de Diama, qui est moins fréquenté que Rosso - et bénéficie d'une meilleure image. Les heures de traversée possibles sont de 9h à 18h tous les jours. Le poste frontière de Diama se trouve en outre à proximité immédiate du remarquable parc national de Diawling. Tant à Diama qu'à Tindouf, il faut compter avec les frais de passage et les démarches administratives. Comme toujours, les postes-frontières sont une source potentielle de prix exorbitants et d'offres peu sérieuses. Dans ce contexte, Rosso est considéré comme bien plus notoire que Diama.

Du côté algérien, Tindouf est la dernière grande ville avant la frontière mauritanienne. La ville dispose même d'un aéroport régional. En août 2018, le premier passage frontalier de l'histoire des deux pays a eu lieu. Il reste à déterminer dans quelle mesure il sera possible de le traverser quotidiennement. En revanche, l'entrée en Algérie s'avère nettement plus difficile que dans les pays voisins en raison des dispositions relatives au VISA.

L'entrée au Mali depuis la Mauritanie est également possible à Néma (Mauritanie) - Adel Bagrou (Mali). En raison de la situation politique actuellement instable, nous - et le ministère des Affaires étrangères - ne conseillons toutefois pas de voyager au Mali.

En tant que pays fortement marqué par l'islam, l'importation d'alcool et, sans surprise, de viande de porc est interdite. Certes, la consommation de cannabis n'est pas inhabituelle parmi les habitants et les voyageurs du Maroc, mais son transport vers la Mauritanie devrait être évité en toutes circonstances. Il n'existe pas de réglementation uniforme pour les drones. Il arrive toutefois qu'un drone soit confisqué à l'aéroport et ne soit restitué qu'au moment du départ.

Les véhicules doivent être déclarés directement à la frontière. Comme pour le visa, cela est possible pour une durée de 30 jours moyennant un faible coût. Une assurance responsabilité civile auprès d'une compagnie d'assurance mauritanienne est obligatoire. Elle est également délivrée pour 30 jours et s'élève en général à moins de l'équivalent de 100 euros. Le paiement s'effectue toutefois dans la monnaie locale, l'ougiyah (MRU).

Un visa est disponible à l'aéroport et aux postes-frontières. Il coûte 55 EUR / dollar (état octobre 2021) et est valable 30 jours. Le visa peut être prolongé sans problème à Nouakchott, Nouadhibou et Atar et aux postes frontières pour le même prix et pour la même durée, mais pas pour plusieurs mois à l'avance. Il est donc recommandé d'effectuer la prolongation le plus tôt possible avant l'expiration du visa. Avant de demander un visa, il est important d'avoir l'adresse du logement (par exemple un hôtel) que l'on souhaite occuper. Le fait que l'on quitte ensuite ce logement pour voyager n'a aucune importance. L'important pour les autorités est d'avoir une adresse d'enregistrement et une personne de contact mauritanienne avec toutes les données permettant de la joindre. Il est donc indispensable de réfléchir avant son arrivée à l'endroit où l'on va dormir et à la personne de contact.

Généralités sur la Mauritanie

Oui, en raison de sa longue et riche histoire culturelle (mot-clé : culture Tichitt), on trouve des dessins et des gravures rupestres dans de nombreux endroits. Agrour près du col d'Amogjar dans la région de l'Adrar, dans la vallée de Trig Choauil à l'est du Guilb er Richat, Akreijit dans la région du Tagant ainsi que les ruines d'Aoudaghost dans le sud central de la Mauritanie sont connus pour leurs œuvres d'art datant parfois de plusieurs milliers d'années. Mais même en dehors de ces sites, on trouve de nombreux dessins des anciens habitants. Les gravures rupestres représentent souvent différents animaux, hommes et scènes de chasse. Parmi les gravures les plus anciennes, on trouve des gravures datant de 6000 ans près d'el-Ghallaouiya.

Il y a deux thèmes qui sortent régulièrement le pays situé entre le Maroc et le Sénégal de l'oubli pour le faire entrer dans les consciences et les conversations de ceux qui, d'habitude, ne se préoccupent pas beaucoup de la Mauritanie. Il s'agit premièrement du prétendu idéal de beauté des femmes corpulentes et deuxièmement de la question de l'esclavage. Les preuves de l'intérêt porté à ces sujets ne manquent pas.

(https://www.youtube.com/watch?v=QJtJcRqV4GI&ab_channel=RTDocumentary, https://www.youtube.com/watch?v=X6VrzGWCq2I&ab_channel=AlJazeeraEnglish, https://www.youtube.com/watch?v=ZM2q7XFOOgg&ab_channel=UnreportedWorld, https://www.youtube.com/watch?v=5yQlOPD8mNo&ab_channel=CNN, https://www.youtube.com/watch?v=whiu9LrYrvg&ab_channel=EqualTimes)

Il est vrai que la Mauritanie a une longue histoire d'esclavage. Le pays a été influencé par deux cultures. Dans la culture mauresque, c'est-à-dire arabo-berbère, le commerce d'esclaves a fait partie intégrante de la culture pendant des siècles, mais il y a également eu de l'esclavage intra-africain, par exemple dans l'empire Songhaï. Pour la Mauritanie, cela signifie que deux des trois groupes de population concernés, les Bidhani maures et les Soudans noirs, pratiquaient l'esclavage, même si cela ne devait certainement pas s'appliquer à chacun d'entre eux. Le troisième groupe, les Ḥaraṭīn (de l'arabe ḥurriya - liberté), sont les descendants d'anciens esclaves. L'esclavage des Bidhani est ici de loin plus connu et est aujourd'hui principalement associé à l'esclavage en Mauritanie. En bref, l'idée d'esclaves noirs sous des "propriétaires" blancs prédomine. Il convient de souligner ici que cette conception est trop limitée. De même, l'idée de l'esclavage américain, par exemple comme aide dans les plantations, ne s'applique pas à la Mauritanie. Soit les esclaves vivaient dans la maison de leurs "propriétaires" et effectuaient toutes sortes de travaux, soit ils vivaient de manière nomade avec eux. Il arrivait qu'ils fondent leurs propres familles et, dans certaines circonstances, qu'ils possèdent même leurs propres esclaves. Dans le cadre du colonialisme français, les premières lois contre l'esclavage ont été promulguées, et des périodes de sécheresse dans les années 1970 et 1980 ont entraîné l'appauvrissement des "propriétaires" et donc la libération de nombreux esclaves. Différentes lois contre l'esclavage ont également été adoptées depuis l'indépendance de la Mauritanie, mais aucune véritable feuille de route n'a jamais été élaborée pour leur mise en œuvre. Officiellement, l'esclavage est criminalisé depuis 2007, mais dans la pratique, il existe quelques obstacles lors des procédures judiciaires, comme l'a montré le passé.

Certaines organisations de défense des droits de l'homme estiment qu'il y a encore aujourd'hui de nombreux esclaves dans la société mauritanienne, surtout à l'intérieur du pays, au-delà des grandes villes. Mais où commence l'esclavage ? Le fait est que de nombreux Ḥaraṭīn sont restés chez leurs anciens "propriétaires", y effectuent encore aujourd'hui des travaux et vivent avec eux sous le même toit. Il est également un fait que la société mauritanienne est extrêmement hiérarchisée et que l'élite politique et économique est formée par Bidhani. L'absence de traitement du passé et la situation d'inégalité persistante créent un énorme potentiel de tension le long de lignes ethniques parfois peu claires. Ce sujet, tout comme l'esclavage en général, est tabou. Il est donc recommandé à chaque visiteur de n'aborder ce sujet, si tant est qu'il soit abordé, que dans un environnement protégé.

Comme pour l'esclavage, le thème des femmes corpulentes comme idéal de beauté est connu de beaucoup au-delà des frontières mauritaniennes. De nombreux articles et reportages ont été publiés à ce sujet.

(https://www.youtube.com/watch?v=QJtJcRqV4GI&ab_channel=RTDocumentary, https://www.youtube.com/watch?v=X6VrzGWCq2I&ab_channel=AlJazeeraEnglish, https://www.youtube.com/watch?v=ZM2q7XFOOgg&ab_channel=UnreportedWorld,)

Ce que certains Occidentaux présentent comme une possibilité d'empowerment et de lutte contre le bodyshaming a toutefois un arrière-plan très sérieux. Tout d'abord, oui, il existe traditionnellement en Mauritanie un idéal de beauté pour les femmes corpulentes. Il s'agit d'une pratique historique qui est également répandue au Niger, en Ouganda, au Soudan, en Tunisie, au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud. Pendant la Renaissance européenne, les rondeurs féminines étaient également un idéal de beauté, car ces femmes étaient considérées comme particulièrement aptes à procréer. On suppose que dans les régions et les époques marquées par la pénurie alimentaire, les femmes aux formes généreuses sont considérées comme attirantes. En Mauritanie et dans d'autres pays nomades, cette situation a longtemps existé, ce qui pourrait expliquer l'idéal de beauté traditionnel. Dans le passé, cela a même souvent conduit à une sorte de gavage, en particulier avant des événements particuliers comme les mariages. De nos jours, la Mauritanie est toutefois soumise à de multiples influences culturelles. En raison du contact avec les idéaux d'autres pays, notamment par le biais des médias, l'idéal de beauté a déjà fortement évolué chez les jeunes.

L'histoire et la société mauritaniennes ont été et sont encore fortement marquées par l'islam. La quasi-totalité de la population est musulmane sunnite, dont la grande majorité est pratiquante. La fréquentation des mosquées et les prières font partie du quotidien d'une grande partie de la population et le jeûne du Ramadan est pratiqué par presque tout le monde.

Pêche à Nouakchott

Le Port de pêche dans la capitale mauritanienne est l'une des attractions les plus impressionnantes de tout le pays. La diversité de la tradition de la pêche, vieille de plusieurs décennies, avec ses pirogues peintes de couleurs vives, est impressionnante à plus d'un titre.
En savoir plus